gratifiant > misc.* > misc.securite.routiere

Christophe Dang Ngoc Chan (23/06/2019, 17h28)
Le 21/06/2019 à 06:47, Topinambour a écrit :
> Eh bien tout simplement, la conduite d'une centrale nucléaire n'a rien à
> voir avec la conduite d'une voiture.


Si.
Il y a des notions d'attention, d'analyse, de prise de décision, de réflexe.
Topinambour (24/06/2019, 00h32)
Le 23/06/2019 à 17:28, Christophe Dang Ngoc Chan a écrit :
> Le 21/06/2019 à 06:47, Topinambour a écrit :
>> Eh bien tout simplement, la conduite d'une centrale nucléaire n'a rien
>> à voir avec la conduite d'une voiture.

> Si.
> Il y a des notions d'attention, d'analyse, de prise de décision, de
> réflexe.


Vous avez effacé tous mes propos qui ont suivi dans la démonstration.
Pas très honnête comme méthode....

La première est immobile et un dispositif de production d'énergie, La
seconde est un véhicule en mouvement sur la voie publique.
Les indicateurs sur le tableau de bord d'une centrale nucléaire sont des
indicateurs artificiels décidés par les concepteurs de la centrale, ils
sont nombreux et méritent effectivement de ne pas être surabondants.
Ceux du tableau de bord de la voiture sont, eux très réduits.
Par contre, les évènements qu'ils rencontre ne dépendent pas du
concepteur de la voiture. Ils sont là, bien réels. Quand le conducteur
d'un véhicule estime gêner la circulation aux véhicules qui le suivent,
quoi de plus normal qu'il puisse lui signaler par les moyens à sa
disposition. Il y en a très peu. Ce sont essentiellement les dispositifs
lumineux: feux de position arrière, feux arrières de frein, clignotants
(gauche, droite, ou les deux), plus le feu de recul qui lui s'actionne
uniquement quand la vitesse arrière est enclenchée. Donc, non, nous
sommes PAS DU TOUT dans la même situation.
Christophe Dang Ngoc Chan (26/06/2019, 19h21)
Le 24/06/2019 à 00:32, Topinambour a écrit :
> Vous avez effacé tous mes propos qui ont suivi dans la démonstration.
> Pas très honnête comme méthode....


Et toi tu noies la discussion dans des détails qui n'ont rien à voir
avec le fait que rien n'a jusqu'ici mis en défaut le fait annoncé.

Dire que les situations sont différentes n'invalide en rien le fait que
des phénomènes semblables surviennent. Par exemple, les mathématiques
restent valables qu'on les applique à l'agriculture, à l'économie ou à
l'astronomie.
Topinambour (26/06/2019, 21h50)
Le 26/06/2019 à 19:21, Christophe Dang Ngoc Chan a écrit :
> Le 24/06/2019 à 00:32, Topinambour a écrit :
>> Vous avez effacé tous mes propos qui ont suivi dans la démonstration.
>> Pas très honnête comme méthode....

> Et toi tu noies la discussion dans des détails qui n'ont rien à voir
> avec le fait que rien n'a jusqu'ici mis en défaut le fait annoncé.


Trop facile de jeter aux orties des arguments qui vous dérangent.

> Dire que les situations sont différentes n'invalide en rien le fait que
> des phénomènes semblables surviennent.


Par exemple, les mathématiques
> restent valables qu'on les applique à l'agriculture, à l'économie ou à
> l'astronomie.


Rien à voir.

Allez, un peu d'effort, lisez donc:

La première est immobile et un dispositif de production d'énergie, La
seconde est un véhicule en mouvement sur la voie publique.
Les indicateurs sur le tableau de bord d'une centrale nucléaire sont des
indicateurs artificiels décidés par les concepteurs de la centrale, ils
sont nombreux et méritent effectivement de ne pas être surabondants.
Ceux du tableau de bord de la voiture sont, eux très réduits.
Par contre, les évènements qu'ils rencontre ne dépendent pas du
concepteur de la voiture. Ils sont là, bien réels. Quand le conducteur
d'un véhicule estime gêner la circulation aux véhicules qui le suivent,
quoi de plus normal qu'il puisse lui signaler par les moyens à sa
disposition. Il y en a très peu. Ce sont essentiellement les dispositifs
lumineux: feux de position arrière, feux arrières de frein, clignotants
(gauche, droite, ou les deux), plus le feu de recul qui lui s'actionne
uniquement quand la vitesse arrière est enclenchée. Donc, non, nous
sommes PAS DU TOUT dans la même situation.
Christophe Dang Ngoc Chan (27/06/2019, 18h04)
Le 26/06/2019 à 21:50, Topinambour a écrit :
> Trop facile de jeter aux orties des arguments qui vous dérangent.


Trop facile de se contenter d'énoncer "ça n'a rien à voir".

Par exemple, un urgentise, S. Delerme, racontait sur fr.bio.medecine,
l'histoire de chasse suivante : une alarme se déclenche sur un patient,
il regarde tous les appareils, vérifie les branchements, et en tournant
la tête, voit un de ses collègues pratiquer un massage cardiaque.

Habitué à voir des alarmes se déclencher intempestivement, l'alarme pour
lui n'en était plus une.

Et i n'y a sans doute pas plus éloigné du PC d'une centrale nucléaire
qu'un service d'accueil des urgences.

Mais : c'est une constatation de portée *générale*.

Après, tu peux toujours chercher toutes les différences que tu veux,
mouvement ou statique (c'est quoi le rapport avec l'attention ?) ou que
sais-je.

Le phénomène de l'attention est largement commun à toutes sortes
d'activités différentes. On a les batyphases à la même heure que l'on
conduise une voiture ou un réacteur : l'accident de Three Miles Island
s'est produit à l'heure où l'on a les pics d'accidents de voiture.
Topinambour (27/06/2019, 21h01)
Le 27/06/2019 à 18:04, Christophe Dang Ngoc Chan a écrit :
> Le 26/06/2019 à 21:50, Topinambour a écrit :
>> Trop facile de jeter aux orties des arguments qui vous dérangent.

> Trop facile de se contenter d'énoncer "ça n'a rien à voir".


Il suffit juste de lire tout le texte:

ça n'a rien à voir.
La première est immobile et un dispositif de production d'énergie, La
seconde est un véhicule en mouvement sur la voie publique.
Les indicateurs sur le tableau de bord d'une centrale nucléaire sont des
indicateurs artificiels décidés par les concepteurs de la centrale, ils
sont nombreux et méritent effectivement de ne pas être surabondants.
Ceux du tableau de bord de la voiture sont, eux très réduits.
Par contre, les évènements qu'ils rencontre ne dépendent pas du
concepteur de la voiture. Ils sont là, bien réels. Quand le conducteur
d'un véhicule estime gêner la circulation aux véhicules qui le suivent,
quoi de plus normal qu'il puisse lui signaler par les moyens à sa
disposition. Il y en a très peu. Ce sont essentiellement les dispositifs
lumineux: feux de position arrière, feux arrières de frein, clignotants
(gauche, droite, ou les deux), plus le feu de recul qui lui s'actionne
uniquement quand la vitesse arrière est enclenchée. Donc, non, nous
sommes PAS DU TOUT dans la même situation.
Christophe Dang Ngoc Chan (03/07/2019, 14h32)
Le 27/06/2019 à 21:01, Topinambour a écrit :
> Il suffit juste de lire tout le texte:
> ça n'a rien à voir.


Et pourtant :

> l'accident de Three Miles Island s'est produit à l'heure où l'on a les > pics d'accidents de voiture.


Parce que les mécanismes de la vigilance, eux, sont les mêmes.
Topinambour (03/07/2019, 15h11)
Le 03/07/2019 à 14:32, Christophe Dang Ngoc Chan a écrit :
[..]
Gloops (03/07/2019, 19h18)
Le 3 Juillet 2019 à 14:32, Christophe Dang Ngoc Chan <cdang>
a écrit :
> Le 27/06/2019 à 21:01, Topinambour a écrit :
> Et pourtant :
> les > pics d'accidents de voiture.
> Parce que les mécanismes de la vigilance, eux, sont les mêmes.


Tu n'y arriveras pas ;)
Topinambour (03/07/2019, 23h38)
Le 03/07/2019 à 19:18, Gloops a écrit :
> Le 3 Juillet 2019 à 14:32, Christophe Dang Ngoc Chan <cdang>
> a écrit :
> Tu n'y arriveras pas ;)


C'est vrai qu'il a du mal.
Christophe Dang Ngoc Chan (07/07/2019, 19h39)
Le 03/07/2019 à 23:38, Topinambour a écrit :
> C'est vrai qu'il a du mal.


À répondre quand il n'y a pas d'argument pertinent en face ?

Certainement.

« L'agriculture n'a rien à voir avec la médecine donc on ne peut pas
appliquer les statistiques aux deux même si l'expérience montre le
contraire. »

« L'être humain n'a rien à voir avec la moisissure donc l'action des
SDHI ne peut pas s'appliquer aux deux même si l'expérience montre le
contraire. »

« Le pilotage d'une centrale nucléaire, d'un navire, d'un avion et d'une
voiture n'ont rien à voir donc on ne peut pas appliquer les règles de
vigilance à tout ça même si l'expérience montre le contraire. »
Christophe Dang Ngoc Chan (08/07/2019, 21h44)
Après, faut aussi comprendre que génétiquement, on est les mêmes qu'il y
a 30 000 ans. Les mécanismes de la vigilance, ce sont les mêmes que
quand on était chasseurs cueilleurs : détecter le gibier, détecter les
animaux dangereux pour fuir ou combattre.

Les dizaines de milliers d'années d'évolution n'ont pas sélectionné de
capacité à conduire un véhicule ou piloter une centrale nucléaire.

Donc, on a recyclé nos mécanismes de vigilance de chasseur-cueilleur
pour nos activités technologiques. Il n'y a donc pas de spécificité de
la vigilance pour la conduite auto pas plus que pour la surveillance
d'une cimenterie. Ce sont les mêmes mécanismes.
Gloops (08/07/2019, 22h40)
Le 8 Juillet 2019 à 21:44, Christophe Dang Ngoc Chan <cdang>
a écrit :
> Après, faut aussi comprendre que génétiquement, on est les mêmes qu'il y
> a 30 000 ans. Les mécanismes de la vigilance, ce sont les mêmes que
> quand on était chasseurs cueilleurs : détecter le gibier, détecter les
> animaux dangereux pour fuir ou combattre.
> Les dizaines de milliers d'années d'évolution n'ont pas sélectionné de
> capacité à conduire un véhicule ou piloter une centrale nucléaire.
> Donc, on a recyclé nos mécanismes de vigilance de chasseur-cueilleur
> pour nos activités technologiques. Il n'y a donc pas de spécificité de
> la vigilance pour la conduite auto pas plus que pour la surveillance
> d'une cimenterie. Ce sont les mêmes mécanismes.


Du style - gaffe ! - Hello ?

(Parce que "- gaffe ! - zzz !" ce n'est pas bon)

Discussions similaires