gratifiant > sci.* > sci.philo

Pentcho Valev (04/11/2006, 09h01)
In Chapter 22 in his "Relativity" Einstein claims that, in a
gravitational field, the speed of light "varies with position". This
means that photons can have speed 300000km/s in position 0, 300001km/s
in position 1, 300002km/s in position 2 etc. Even without any analysis
the expression "varies with position" should cause some embarrassment
in Einstein's world. It does not. The inhabitants of Einstein's world
do not care.

One of the reasons is that, according to the Einglish translation of
Einstein's book, it is "velocity", not "speed", that "varies with
position". So Einsteinians raise an argument: "Velocity varies but
speed does not. Where is the problem? You don't understand the
difference between velocity and speed?"

Then, at the height of their triumph, Einsteinians admit it is speed
that varies and so the situation of heretics who don't understand the
difference between velocity and speed becomes even graver:



"Einstein went on to discover a more general theory of relativity which
explained gravity in terms of curved spacetime, and he talked about the
speed of light changing in this new theory. In the 1920 book
"Relativity: the special and general theory" he wrote: . . . according
to the general theory of relativity, the law of the constancy of the
velocity of light in vacuo, which constitutes one of the two
fundamental assumptions in the special theory of relativity [. . .]
cannot claim any unlimited validity. A curvature of rays of light can
only take place when the velocity of propagation of light varies with
position. Since Einstein talks of velocity (a vector quantity: speed
with direction) rather than speed alone, it is not clear that he meant
the speed will change, but the reference to special relativity suggests
that he did mean so."

Of course, the velocity/speed trick is a low level one, designed to
influence relatively weak intellects in Einstein's world. For
relatively stronger intellects Einsteinians have prepared relatively
stronger arguments, e.g. the speed of light is variable in general
relativity but constant in special relativity, the speed of light is
variable globally but constant locally etc.

Pentcho Valev
nowhere (04/11/2006, 15h17)
On 3 Nov 2006 23:01:47 -0800, "Pentcho Valev" <pvalev>
wrote:

>In Chapter 22 in his "Relativity" Einstein claims that, in a
>gravitational field, the speed of light "varies with position". This
>means that photons can have speed 300000km/s in position 0, 300001km/s
>in position 1, 300002km/s in position 2 etc. Even without any analysis
>the expression "varies with position" should cause some embarrassment
>in Einstein's world. It does not. The inhabitants of Einstein's world
>do not care.


Simply because they know, contrarily to you obviously, that the only
velocity value that counts is the (local) one measured by the
observer, and an observer could never be at more than one position at
a time. If you care about supposed light velocities, or anything else
actually, that you cannot directly measure than what you're doing is
NOT physics.
Georges Quenot (05/11/2006, 15h02)
Pentcho Valev :
> [...]
> Of course, the velocity/speed trick is a low level one, designed
> to influence relatively weak intellects in Einstein's world.


Vous avez encore mal compris.

> For relatively stronger intellects Einsteinians have prepared
> relatively stronger arguments, e.g. the speed of light is variable
> in general relativity but constant in special relativity, the
> speed of light is variable globally but constant locally etc.


Voilà. En relativité restreinte, la vitesse de la lumière
est postulée constante partout "dans un repère inertiel"
et dans la relativité générale, elle est postulée constante
localement seulement, toujours dans un repère inertiel.
Ceci n'a rien a voir avec les intellects forts ou faibles,
il s'agit juste de postulats, et de postulats que tout le
monde peut comprendre.

Le première question que l'on peut poser à propos de ces
postulats est celle de savoit s'il extiste des théories
physiques cohérentes (non contradictoires) qui les respectent.
C'est une question purement mathématique. La réponse est
oui dans les deux cas et les théories de la relativité
restreinte et de la relativité générals sont des exemples
de telles théories. Là, par contre, tout le monde n'a pas
forcément les bases pour bien le comprendre. Ce théories
conduisent à des résultats étranges mais elles ne sont pas
pour autant contradictoires.

La seconde question que l'on peut poser à propos de ces
postulats et de ces théories est celle de savoir dans
quelle mesure ils et/ou elles correspondent à la réalité,
ou dans quelle mesure ils et/ou elles décrivent bien la
réalité. C'est une question de physique et, du point de vue
de la science, c'est l'expérimentation qui doit trancher.
Comme cela a déjà été dit, une seule expérience ne suffit
pas pour cela, il faut en fait recouper les résultats de
plusieurs expériences pour déterminer quels sont les
meilleurs postulats et les meilleures théories. Et le
gagnant est... le postulat de la vitesse de la lumière
constante localement dans un repère inertiel et la
relativité générale ou... le postulat de la vitesse de la
lumière constante partout (s'il n'y a pas de gravitation)
dans un repère inertiel et la relativité restreinte.
La encore, il faut une bonne formation pour bien comprendre
le détail de ces expériences et tout ce qui entre en jeu
dans celles-ci mais presque tout le monde peut comprendre
le principe et le résultats d'au moins quelques unes
d'entre elles (par exemple, celles où on mesure la vitesse
des photons émis lors de la désintégration d'une particule en
mouvement rapide : on trouve "RR" : oui, "v' = v+c" : non).

Si les solutions simples marchaient (c'est à dire si elles
étaient compatibles avec les observations), on ne serait
pas aller en chercher des plus compliquées pour le plaisir
ou pour l'esthétique (et puis, les goûts et les couleurs...).

Mais voila, quand on mesure la vitesse des photons émis
par la désintégration d'une particule en mouvement rapide,
on trouve c, pas v+c. Et ça, c'est un *fait*.

Georges.

Suivi à philo.

Georges.
Polaris2002 (05/11/2006, 22h14)
Georges Quenot wrote:
> Mais voila, quand on mesure la vitesse des photons émis
> par la désintégration d'une particule en mouvement rapide,
> on trouve c, pas v+c. Et ça, c'est un *fait*.


Peut-être parce que le photon est "pluriel", qu'il se décompose en
plusieurs photons de vitesses différentes, et que seul celui qui a la
vitesse c est détectable, donc on a l'impression qu'il est le seul.
Discussions similaires