gratifiant > rec.media.* > rec.radio

Thierry VIGNAUD (03/09/2015, 18h32)
Dans le cadre de l'émission "La fabrique de l'histoire", France Culture a
diffusé cette semaine :

01.09.2015 - Histoire du son 2/4 : Le studio Ecole

02.09.2015 - Histoire du son 3/4 : Les archives du son à la radio
Dans cette 2e émission, il est aussi question de la sonothèque et de la
documentation/bibliothèque et des archives "papier" de Radio France

Un gag on apprend que le service des archives sonores de Radio France a acquis
un graveur de disques vinyls et l'utilise actuellement pour conserver
certaines archives

Pour plus de détails, la réécoute est disponible à partir de ce lien :


Comme à l'habitude le thème de la semaine était lié au "son" pour les 4 jours
du lundi au jeudi, mais seules les émissions de mardi et mercredi concernaient
directement la radio.
F1TAY (03/09/2015, 23h24)
Petite précision : "un graveur de disque vinyles" est probablement une
erreur de langage. En réalité il doit s'agir d'un "graveur de disques
microsillon". En effet, a ma connaissance, ces machine à gravure
directe utilisent des disques vierges métalliques recouvert d'un
vernis. Ce sont les disques pressés qui sont, dans la plupart des cas,
en vinyle.
Le vinyle est une matière et tout les disques ne sont pas en vinyle, il
en a existé en gomme laque, en carton, en plastique, en métal et même
en chocolat.

Thierry VIGNAUD avait soumis l'idée :
[..]
bilou (04/09/2015, 01h05)
"F1TAY" <antispamladressecommenceicif1tay> wrote in message
news:cjt1
> Petite précision : "un graveur de disque vinyles" est probablement une
> erreur de langage. En réalité il doit s'agir d'un "graveur de disques
> microsillon". En effet, a ma connaissance, ces machine à gravure directe
> utilisent des disques vierges métalliques recouvert d'un vernis. Ce sont
> les disques pressés qui sont, dans la plupart des cas, en vinyle.
> Le vinyle est une matière et tout les disques ne sont pas en vinyle, il en
> a existé en gomme laque, en carton, en plastique, en métal et même en
> chocolat.

Bonsoir
A ma connaissance on gravait pas sur du metal (on avait pas de laser )
mais sur un disque a base de plastique conducteur ensuite on faisait un
moule metallique "male" par galvanoplastie ou electrodéposition qui servait
a presser des disques "femelles"
Et des laser males ça existe pas d'abord :-)
Dans ma jeunesse j'ai connu un amateur eclairé qui avait ce type d'appareil.
L'ampli BF pilotant la tete de gravure faisait plus de 100W et a l'epoque
c'etait a tubes.
Il a existé aussi des sortes de photomatons audio qui gravaient un disque
unique.
sur une sorte de carton avec une photo.
F1TAY (04/09/2015, 12h31)
Sauf que j'ai ici des disques à gravure directe et qu'ils sont en métal
recouvert d'une couche de vernis ! Ces disques sont apparus dans les
années 30 et on du être utilisés jusque dans les années 70 ou 80.
En France on appelle souvent ces disques des "disques souples" ou des
"Pyral" du nom de la marque qui fabriquait les disques vierges. Je
possède en autre des disques de cette sorte en provenance de la RTF.
On parle ici de disques gravés et non pas pressés.
Une machine à graver pour particulier des années 30 comme celle de la
marque "Egovox" (en fait un dispositif de gravure que l'on adaptait sur
un phonographe ordinaire) utilisait des disques entièrement métallique
sans aucun verni. Je possède un de ces disques.

bilou avait énoncé :
[..]
Discussions similaires