gratifiant > misc.droit.all.* > misc.droit.travail

vaissaire.bitam (25/11/2019, 23h28)
Bonsoir il est indispensable de prendre contact avec un conseiller du salarié et éventuellement de se rendre auprès de son organisationsyndicale pour un conseil. Il y a des permanences dédiées. Quantau conseiller du salarié figurant sur la liste préfectorale son rôle ne se limite pas à transcrire l?entretien. Il est garant de la conformité de la procédure et capable de donner de bons conseils. Voir un avocat s?envisage éventuellement suite à l?enTerrien. L?attestation du conseiller peut lui être utile. Bon courage
Txl (26/11/2019, 19h51)
Le Mon, 25 Nov 2019 22:28:28 +0100, <vaissaire.bitam> a écrit:

> Bonsoir il est indispensable de prendre contact avec un conseiller du
> salarié et éventuellement de se rendre auprès de son organisation
> syndicale pour un conseil. Il y a des permanences dédiées. Quant au
> conseiller du salarié figurant sur la liste préfectorale sonrôle ne se
> limite pas à transcrire l?entretien. Il est garant de la conformité de
> la procédure et capable de donner de bons conseils. Voir un avocat
> s?envisage éventuellement suite à l?enTerrien. L?attestation du
> conseiller peut lui être utile. Bon courage


Bonsoir,

Je vais aller discuter de manière "informelle" et si je vois que
l'entretient s'oriente vers du sérieux je fais appel a un collègue de
travail qui est d'accord pour retranscrire ce qui sera dit, je vous
remercie de votre aide.
Christophe Dang Ngoc Chan (29/11/2019, 11h45)
Bonjour,

Le 26/11/2019 à 18:51, Txl a écrit :
> Je vais aller discuter de manière "informelle" et si je vois que
> l'entretient s'oriente vers du sérieux


Alors, un entretien préalable à un éventuel licenciement est toujours
sérieux. Le licenciement est quand même la sanction ultime.

> je fais appel a un collègue de
> travail qui est d'accord pour retranscrire ce qui sera dit


La personne accompagnant n'est pas là pour faire du secrétariat mais
pour vous défendre.
Je vous conseille fortement de faire appel à un·e délégué·e élu·e ou une
des personnes mentionnées sur la liste :
ce sont des salarié·es protégé·es (iels ne peuvent être licencié·es
qu'avec accord du·de la inspecteur·trice du travail) ce qui limite le
risque de faire pression sur eux·elles.
Iels sont par ailleurs formé·es au code du travail.

Notez ensuite que la coupure de votre accès est probablement une mise à
pied à titre conservatoire : les faits qui vous sont reprochés sont
considérés comme très graves, suffisamment pour vous empêcher de
continuer à nuire (selon votre entreprise) en vous empêchant de
travailler. Vous n'êtes donc déjà pas payé pendant cette période.
Discussions similaires