gratifiant > misc.droit.all.* > misc.droit

Fang (20/12/2018, 22h18)
Le 20/12/2018 à 18:51, K. a écrit :

[..]
> Car inutile. C'est déjà le rôle des députés qui, rappelons-le, sont élus
> par le peuple.
> Conclusion : le RIC est une vaste fumisterie.


Pourquoi personne ne va voir ce que font les différents États américains
? Depuis 1791, les États-Unis ne sont pas vraiment un exemple de pays
institutionnellement instable.

Et tous les deux ans, les électeurs américains le deuxième mardi de
novembre, élisent leurs représentants, qui n'ont qu'un mandat de DEUX
ans !!! (si on avait ça, tout le monde attendrait sagement six mois pour
ne pas réélire les godelureaux bobos en costard slim mince comme des
crevettes et avec des têtes de cons), votent une fois sur deux tous les
quatre ans pour le président, et tous les deux ans dans un très grand
nombre d'États, ils répondent à 15, 20, 25 référendums proposés par des
gens variés, avec des seuils qui diffèrent selon les États.





La révocation (recall) ) existe
dans un grand nombre d'États.
Gloops (21/12/2018, 00h37)
Le 20 Décembre 2018 à 21:18, Fang a écrit :
[..]
>
> La révocation (recall) ) existe
> dans un grand nombre d'États.


En effet, quand Hitler réunit un conseil, il s'emporte qu'Aurore Bergé
n'est même pas fichue de lire son texte sans bafouiller.

Alors, si c'est pour en arriver là ...
K. (21/12/2018, 17h16)
Le 20/12/2018 à 21:18, Fang a écrit :
> Le 20/12/2018 à 18:51, K. a écrit :
> Pourquoi personne ne va voir ce que font les différents États américains
> ? Depuis 1791, les États-Unis ne sont pas vraiment un exemple de pays
> institutionnellement instable.
> Et tous les deux ans, les électeurs américains le deuxième mardi de
> novembre, élisent leurs représentants, qui n'ont qu'un mandat de DEUX
> ans !!! (si on avait ça, tout le monde attendrait sagement six mois pour
> ne pas réélire les godelureaux bobos en costard slim mince comme des
> crevettes et avec des têtes de cons),


C'est ridicule. Le quinquennat, c'est déjà trop court quand on a un
ambitieux projet de réformes, comme c'est le cas de Macron.

D'ailleurs, parmi les revendications de "gilets jaunes" figurait la
restauration du septennat.

L'idée avancée était que cela permettait, du fait du décalage entre
législatives et présidentielles, de mieux équilibrer les pouvoirs grâce
aux phases de cohabitation.

Je précise quand même que ce n'est pas mon avis. Personnellement, je
vois plutôt dans la cohabitation une paralysie de l'exécutif.

> votent une fois sur deux tous les
> quatre ans pour le président, et tous les deux ans dans un très grand
> nombre d'États, ils répondent à 15, 20, 25 référendums proposés par des
> gens variés, avec des seuils qui diffèrent selon les États.
>


Il est intéressant de lire la partie "Objections to the system".

Il y a au moins deux risques de dérive :

Le risque d'imposer une sorte de "dictature de la majorité", puisque
c'est toujours le nombre qui fait loi au détriment des intérêts des
minorités.

Et le deuxième risque, c'est celui de la marchandisation de la
politique. Faire des référendums signifie financer des campagnes, et ce
sont ceux qui ont le plus de moyens qui peuvent acheter les espaces
publicitaires et "manipuler" l'opinion.

Ces campagnes coûtent cher, et si c'est l'État, en France, qui finance
l'organisation des référendums et rembourse les frais de campagne, il
faudra sans doute prévoir un impôt supplémentaire.

>
> La révocation (recall) ) existe
> dans un grand nombre d'États.


C'est au niveau des États que ça se passe, pas au niveau fédéral.

Il y a toujours, au États-Unis, la Constitution et les lois fédérales
qui sont au-dessus de tout et sont garantes de la stabilité des
institutions. Elles ne peuvent pas être modifiées si facilement. Jamais
entendu parler de RIC au niveau fédéral.

Est-ce que les États-Unis sont plus démocratiques que la France ? Et, si
oui, est-ce dû à l'existence de ces référendums ? Autant de questions
qui méritent d'être posées.
Gloops (21/12/2018, 18h33)
Le 21 Décembre 2018 à 16:16, K a écrit :
> C'est ridicule. Le quinquennat, c'est déjà trop court quand on a un
> ambitieux projet de réformes, comme c'est le cas de Macron.


Il y a un gros problème de logique, là.
Si il y a besoin d'arrêter net le programme de réformes au bout d'un an,
comment peut-on dire que deux ans c'est trop court ?

Parce qu'à ce que je sache, nous n'avons pas encore atteint les deux ans.
Et il s'avère clairement que non, ce projet de réformes n'est pas le
bon, ou alors c'est le réformateur qui n'est pas le bon.

> D'ailleurs, parmi les revendications de "gilets jaunes" figurait la
> restauration du septennat.


Peut-être bien mais pas avec Macron.
[..]
jmh (21/12/2018, 18h53)
Gloops a utilisé son clavier pour écrire :
> Le 21 Décembre 2018 à 16:16, K a écrit :
> Il y a un gros problème de logique, là.
> Si il y a besoin d'arrêter net le programme de réformes au bout d'un an,
> comment peut-on dire que deux ans c'est trop court ?
> Parce qu'à ce que je sache, nous n'avons pas encore atteint les deux ans.
> Et il s'avère clairement que non, ce projet de réformes n'est pas le bon, ou
> alors c'est le réformateur qui n'est pas le bon.


Le quinquennat est très bien, un président digne de ce nom qui aura
engagé une dynamique positive sera réélu pour continuer dans cette
voie..
Fang (21/12/2018, 19h09)
Le 21/12/2018 à 16:16, K. a écrit :
> Le 20/12/2018 à 21:18, Fang a écrit :
> C'est ridicule. Le quinquennat, c'est déjà trop court quand on a un
> ambitieux projet de réformes, comme c'est le cas de Macron.


Le quinquina de Macron est terminé

> D'ailleurs, parmi les revendications de "gilets jaunes" figurait la
> restauration


Bravo !

> du septennat.


Zut

> Il est intéressant de lire la partie "Objections to the system".
> Il y a au moins deux risques de dérive :
> Le risque d'imposer une sorte de "dictature de la majorité", puisque
> c'est toujours le nombre qui fait loi au détriment des intérêts des
> minorités.
> Et le deuxième risque, c'est celui de la marchandisation de la
> politique. Faire des référendums signifie financer des campagnes, et ce
> sont ceux qui ont le plus de moyens qui peuvent acheter les espaces
> publicitaires et "manipuler" l'opinion.


C'est pas Macron qui aurait toute la presse dans sa poche.

>>
>> La révocation (recall) )
>> existe dans un grand nombre d'États.

> C'est au niveau des États que ça se passe, pas au niveau fédéral.


La France est un État.

> Il y a toujours, au États-Unis, la Constitution et les lois fédérales
> qui sont au-dessus de tout et sont garantes de la stabilité des
> institutions. Elles ne peuvent pas être modifiées si facilement. Jamais
> entendu parler de RIC au niveau fédéral.
> Est-ce que les États-Unis sont plus démocratiques que la France ? Et, si
> oui, est-ce dû à l'existence de ces référendums ? Autant de questions
> qui méritent d'être posées.


Les États-Unis sont plus démocratiques parce que les gens sont armés.
Gloops (21/12/2018, 19h19)
Le 21 Décembre 2018 à 17:53, Jmh a écrit :
> Gloops a utilisé son clavier pour écrire :
> Le quinquennat est très bien, un président digne de ce nom qui aura
> engagé une dynamique positive sera réélu pour continuer dans cette voie..


Sauf que là, la question c'est si il va le terminer.
Fang (21/12/2018, 19h20)
Le 21/12/2018 à 18:19, Gloops a écrit :
> Le 21 Décembre 2018 à 17:53, Jmh a écrit :
> Sauf que là, la question c'est si il va le terminer.


Il faut épargner cela à la France. La France, elle n'en pleut plus de
Macron.
jmh (21/12/2018, 19h23)
Gloops avait écrit le 21/12/2018 :
> Le 21 Décembre 2018 à 17:53, Jmh a écrit :
> Sauf que là, la question c'est si il va le terminer.


Oui c'est une bonne question....il peut peut être encore se rattraper
mais pour ça il doit se rapprocher des Français et pa seulement en
allant che Courtepaille...parce que ça c'est de la poudre aux yeux
jmh (21/12/2018, 19h27)
Fang vient de nous annoncer :
> Le 21/12/2018 à 18:19, Gloops a écrit :
> Il faut épargner cela à la France. La France, elle n'en pleut plus de Macron.


D'ailleurs ce serait uen bonne chose que l'allocution de Bonne Année ce
soit directement son successeur, le bon François Fillon, qui la
prononce.
Gloops (21/12/2018, 19h30)
Le 21 Décembre 2018 à 18:27, Jmh a écrit :
> Fang vient de nous annoncer :
> D'ailleurs ce serait uen bonne chose que l'allocution de Bonne Année ce
> soit directement son successeur, le bon François Fillon, qui la prononce.


C'est pour ça qu'il n'est pas sûr que ce soit une bonne idée de virer
Macron trop vite : personne n'est prêt.
Gloops (21/12/2018, 19h32)
Le 21 Décembre 2018 à 18:09, Fang a écrit :
> Le 21/12/2018 à 16:16, K. a écrit :
> Le quinquina de Macron est terminé


Exact, là on en est à "secouez-moi, secouez-moi !"
Jean d'Acre (21/12/2018, 19h37)
jmh :

> Gloops :
> Oui c'est une bonne question....il peut peut être encore
> se rattraper mais pour ça il doit se rapprocher des
> Français et pa seulement en allant che
> Courtepaille...parce que ça c'est de la poudre aux yeux


Macron trouve que le peuple de France sent mauvais, comment
pourrait-il s'en approcher sans se boucher le nez ?
jmh (21/12/2018, 19h41)
Dans son message précédent, Jean d'Acre a écrit :
> jmh :
> Macron trouve que le peuple de France sent mauvais, comment
> pourrait-il s'en approcher sans se boucher le nez ?


Jean d'Acre (21/12/2018, 19h45)
jmh :

> Jean d'Acre :
>


Oui, merci, Macron est assez pathétique ; et Valeurs
Actuelles véhicule une information de qualité comme il en
faudrait plus dans la presse française.

Discussions similaires