gratifiant > sci.* > sci.astrophysique

grondilu (18/04/2008, 00h06)
bonjour,

une association s'est formée pour demander qu'une étude plus
approfondie soit effectuée concernant la dangerosité éventuelle du
LHC.

Selon les membres de cette association, le principal argument avancé
par le CERN pour démontrer l'inocuité d'éventuels micro-trous noirs
résultants des collisions, ne tient pas :

"It has been said that cosmic rays, which have more energy than the
LHC, show that there is no danger. This may be true for accelerators
that shoot high energy particles at a zero speed target. This is
similar to cosmic ray shock on the moon's surface. In these cases the
center of mass of interaction retains a high speed. This is different
from the situation at the LHC, where particles with opposing speeds
collide. With cosmic rays (mainly protons in cosmic rays) we need a
speed of 0.9999995 c to create a micro black hole of 1 TeV and after
the interaction the micro black hole center of mass will have a speed
of 0.999 c. As MBHs are not very reactive with matter, calculations
indicate that this is more than enough velocity to cross planets or
stars without being caught and to escape into space."



Je trouve ce paragraphe extrêmement convaincant et aimerais trouver la
réponse du CERN sur ce point bien précis, selon lequel la collision
d'un rayon cosmique avec la Terre et celle de deux particules
projetées l'une sur l'autre en laboratoire, diffèrent de par le fait
que dans le premier cas le centre de masse de l'ensemble possède une
grande vitesse alors que dans le second ce centre de masse est
quasiment immobile.

j'aimerais aussi avoir l'avis des participants de ce forum, bien
entendu.
LeLapin (18/04/2008, 00h45)
se fendait de cette prose :

[..]
> quasiment immobile.
> j'aimerais aussi avoir l'avis des participants de ce forum, bien
> entendu.


Je croyais qu'il y avait une taille - masse minimums pour qu'un trou noir
"embraye". Et je crois me souvenir qu'il s'agit de plusieurs masses
solaires.
grondilu (18/04/2008, 01h08)
> Je croyais qu'il y avait une taille - masse minimums pour qu'un trou noir
> "embraye". Et je crois me souvenir qu'il s'agit de plusieurs masses
> solaires.


A mon avis il s'agit plutôt de la masse nécessaire pour la formation
d'un trou noir par le processus commun : effondrement gravitationnel
après la mort d'une étoile.
Lempel (18/04/2008, 08h35)
Bonjour,

Les propagandistes se sont toujours montrés convaincants.
Surtout quand ils n'ont aucun argument scientifique sérieux à nous
présenter.

Au revoir.
Bernard Lempel


<grondilu> a écrit dans le message de news:
f2a665d7-2c7e-4a06-96d4-fe87d67ef39b...
bonjour,

une association s'est formée pour demander qu'une étude plus
approfondie soit effectuée concernant la dangerosité éventuelle du
LHC.

Selon les membres de cette association, le principal argument avancé
par le CERN pour démontrer l'inocuité d'éventuels micro-trous noirs
résultants des collisions, ne tient pas :

"It has been said that cosmic rays, which have more energy than the
LHC, show that there is no danger. This may be true for accelerators
that shoot high energy particles at a zero speed target. This is
similar to cosmic ray shock on the moon's surface. In these cases the
center of mass of interaction retains a high speed. This is different
from the situation at the LHC, where particles with opposing speeds
collide. With cosmic rays (mainly protons in cosmic rays) we need a
speed of 0.9999995 c to create a micro black hole of 1 TeV and after
the interaction the micro black hole center of mass will have a speed
of 0.999 c. As MBHs are not very reactive with matter, calculations
indicate that this is more than enough velocity to cross planets or
stars without being caught and to escape into space."



Je trouve ce paragraphe extrêmement convaincant et aimerais trouver la
réponse du CERN sur ce point bien précis, selon lequel la collision
d'un rayon cosmique avec la Terre et celle de deux particules
projetées l'une sur l'autre en laboratoire, diffèrent de par le fait
que dans le premier cas le centre de masse de l'ensemble possède une
grande vitesse alors que dans le second ce centre de masse est
quasiment immobile.

j'aimerais aussi avoir l'avis des participants de ce forum, bien
entendu.
dm (18/04/2008, 09h06)
grondilu a écrit :
> bonjour, (...)
> Je trouve ce paragraphe extrêmement convaincant et aimerais trouver la
> réponse du CERN sur ce point bien précis, selon lequel la collision
> d'un rayon cosmique avec la Terre et celle de deux particules
> projetées l'une sur l'autre en laboratoire, diffèrent de par le fait
> que dans le premier cas le centre de masse de l'ensemble possède une
> grande vitesse alors que dans le second ce centre de masse est
> quasiment immobile.


Grande vitesse ne signifie rien s'il n'est pas précisé par rapport
à quoi. Il n'existe pas de référentiel absolu dans lequel les
vitesses seraient grandes ou petites. La terre se promène à une grande
vitesse par rapport à un rayon cosmique par exemple, et à une petite
vitesse par rapport à ta maison.

Le contre-argument repose en fait sur l'idée que si un micro
trou noir se forme, alors dans le cas des rayons cosmiques, ce
micro-trou noir aura nécessairement une vitesse importante par
rapport à la terre, et de ce fait traversera la terre sans
interagir. Or dans le cas du LHC, la vitesse de toutes les particules
issues d'une collision n'est jamais faible (relativement à la terre).
Dans l'éventualité où le LHC produirait effectivement des micro
trous noirs, ces derniers auraient aussi une vitesse proche de
celle de la lumière, relativement à la terre, à un chouia près.
Fabrice NEYRET (18/04/2008, 09h10)
grondilu a écrit :
> Je trouve ce paragraphe extrêmement convaincant


mais tu avais l'air assez convaincu d'avance, aussi.

> et aimerais trouver la
> réponse du CERN sur ce point bien précis, selon lequel la collision
> d'un rayon cosmique avec la Terre et celle de deux particules
> projetées l'une sur l'autre en laboratoire, diffèrent de par le fait
> que dans le premier cas le centre de masse de l'ensemble possède une
> grande vitesse alors que dans le second ce centre de masse est
> quasiment immobile.


tu n'as pas repondu a ma question "et alors" ?
qu'est-ce que ca peut bien faire qu'un nano - trou noir reste quasiment
immobile ?

rappelons qu'un trou noir n'est pas de la sorcellerie: ce qui compte
dans ses interactions, c'est avant tout sa masse.
Un trou noir stellaire agit sur les astres alentours exactement comme
une etoile de meme masse.
Idem pour un nano-trou noir (si tant est que ca existe).

> j'aimerais aussi avoir l'avis des participants de ce forum, bien
> entendu.


encore faut-il les ecouter quand ils te repondent.
Lempel (18/04/2008, 10h31)
Bonjour,

Ajoutons que la durée de vie d'un micro trou noir est fifrelinesque !
Même pas la picoseconde. Ça ne lui laisse pas le temps de faire le moindre
dégât.

Au revoir.
Bernard Lempel


"dm" <dm> a écrit dans le message de news:
48084884$0$19398$426a74cc...
[..]
LeLapin (18/04/2008, 11h41)
se fendait de cette prose :

>> Je croyais qu'il y avait une taille - masse minimums pour qu'un trou
>> noir "embraye". Et je crois me souvenir qu'il s'agit de plusieurs
>> masses solaires.

> A mon avis il s'agit plutôt de la masse nécessaire pour la formation
> d'un trou noir par le processus commun : effondrement gravitationnel
> après la mort d'une étoile.


Quelqu'un saurait-il calculer la masse et l'énergie d'un éventuel trou noir
de la longueur de Planck ? On tomberait peut-être sur une contradiction de
plusieurs ordres de grandeur (i.e. contradictoire avec les niveaux
d'énergie du LHC).
LeLapin (18/04/2008, 11h42)
Lempel se fendait de cette prose :

> Bonjour,
> Ajoutons que la durée de vie d'un micro trou noir est fifrelinesque !
> Même pas la picoseconde. Ça ne lui laisse pas le temps de faire le
> moindre dégât.


Ah ben voilà l'argument que j'attendais.
Florian (18/04/2008, 11h57)
Fabrice NEYRET <Fabrice.Neyret> wrote:

> rappelons qu'un trou noir n'est pas de la sorcellerie: ce qui compte
> dans ses interactions, c'est avant tout sa masse.
> Un trou noir stellaire agit sur les astres alentours exactement comme
> une etoile de meme masse.
> Idem pour un nano-trou noir (si tant est que ca existe).


A partir de quelle densité d'énergie consdère-t-on qu'on a affaire à un
trou noir?
Lempel (18/04/2008, 12h00)
Bonjour,

Notons aussi que ces objets sont purement théoriques. On n'en a jamais
observé, dans aucun accélérateur, et encore moins dans l'espace.
C'est bien ce qui permet toutes les élucubrations des anti LHC.
:-)

Au revoir.
Bernard Lempel


"LeLapin" <Ipub> a écrit dans le message de news:
XnF9A847732DA5CClapinou...
[..]
Lempel (18/04/2008, 12h02)
Bonjour,

Pour commencer, comment le détecter ?
Puisque par définition un trou noir est invisible.

Au revoir.
Bernard Lempel


"Florian" <auxotectonics_deletethis> a écrit dans le
message de news:
1iflct9.t5f433w4pcfN%auxotectonics_deletethis@nach on_andthis.net...
[..]
Yanick Toutain (18/04/2008, 12h22)
On 18 avr, 00:06, grond...@gmail.com wrote:
[..]
> quasiment immobile.
> j'aimerais aussi avoir l'avis des participants de ce forum, bien
> entendu.


Si vous comprenez le texte anglais, vous serez aimable de le traduire.

Quant à l'imbécile "immobilité", la découverte prochaine de la vitesse
absolue de Newton mettra bas le pouvoir de ses zélateurs.

On peut donc faire un moratoire raisonnable sur les joujoux des
apprentis sorciers !

De toute façon la brique pénultième est le photon formé d'atomOs.
Point besoin de gaspillage pour le comprendre.
Professeur Méphisto (18/04/2008, 12h44)
Yanick Toutain a écrit :

> De toute façon la brique pénultième est le photon formé d'atomOs.


Intéressant, auriez-vous un site là dessus ?
eric (18/04/2008, 13h04)
bonjour

> Quant à l'imbécile "immobilité", la découverte prochaine de la vitesse
> absolue de Newton mettra bas le pouvoir de ses zélateurs.


sauf qu'il faut pour cela definir la notion d'absolue que vous n'arrivez
pas a definir precisement
il faut donc preciser ce dogme

> De toute façon la brique pénultième est le photon formé d'atomOs.
> Point besoin de gaspillage pour le comprendre.


en clair, c'est une evidence non demontrable ?

Discussions similaires