gratifiant > bio.* > bio.medecine

nicopathe (13/06/2007, 15h05)
article dans le monde: "non le cholesterol ne bouche pas les arteres"


et cette article avec des references...


basé sur les travaux de DR Lorgeril du cnrs.

qu'en pensez vous?
Zetrader (13/06/2007, 16h19)
nicopathe wrote:
> article dans le monde: "non le cholesterol ne bouche pas les arteres"
>
> et cette article avec des references...
>
> basé sur les travaux de DR Lorgeril du cnrs.
> qu'en pensez vous?


Bah que ça dépend du type de cholestérol voyons ;)
nicopathe (13/06/2007, 17h09)
On 13 juin, 16:19, "Zetrader" <http://www.zetrader.fr> wrote:
> nicopathe wrote:
> Bah que ça dépend du type de cholestérol voyons ;)
> --
> Zetrader
> Site bourse : Perso :
> Parrainage Dubus 10 ordres gratuits :


mouais... ca je m'en doutais un peu...
l'auteur ici nous parle de l'importance exessive du taux de
cholesterol dans la maladie coronaire...
d'ailleurs les statines font baiser aussi le bon non?
nicopathe (13/06/2007, 17h10)
On 13 juin, 16:19, "Zetrader" <http://www.zetrader.fr> wrote:
> nicopathe wrote:
> Bah que ça dépend du type de cholestérol voyons ;)
> --
> Zetrader
> Site bourse : Perso :
> Parrainage Dubus 10 ordres gratuits :


je voulais dire baisser....
S. Delerme (13/06/2007, 21h54)
On Wed, 13 Jun 2007 06:05:03 -0700, nicopathe <leroynico>
wrote:

>article dans le monde: "non le cholesterol ne bouche pas les arteres"
>
>et cette article avec des references...
>
>basé sur les travaux de DR Lorgeril du cnrs.
>qu'en pensez vous?


"En termes de prévention, il faut agir sur les méga-facteurs de risque
que sont le tabac, le manque d'exercice physique et les habitudes
alimentaires."

Tout est dit...

(mais entre ça et bouffer des médicaments rempboursés à longueur de
vie, le choix est généralement vite fait)
Olivier @ (13/06/2007, 22h33)
nicopathe a exposé le 13/06/2007 :

> d'ailleurs les statines font baiser aussi le bon non?


Non, il augmente légèrement.

A la va-vite, quelques petites remarques:

1. De prime abord, ce type de critique fait office de contrepoids
bienvenu face au rouleau compresseur de l'industrie pharmaceutique et
des médecins forcément crédules et complices. Dire qu'on applique à une
population à risque moindre (les français, un tant soit peu
méditerranéens) des conclusions validées sur des anglo-saxons au régime
alimentaire beaucoup plus athérogène, est bien sûr pertinent. Il est
bien également de rappeler que ces traitements ne font pas *tout* et
qu'il importe également de manger tous les jours comme les crétois,
d'éviter de fumer et de faire du footing comme ...François Léotard.
Mais de là à conclure que l'absence de tout est un *rien*...

2. Ainsi, en l'absence d'argument épidémiologiques solides, il est
toutefois discutable de mettre en cause sans nuance l'apport des
statines (les hypocholestérolémiants actuels). Car jusqu'à maintenant
toutes les études épidémiologiques, loin d'être confidentielles vont
dans le même sens: *l'abaissement moyen de 30% du LDL cholestérol dans*
*les groupes traités par statine permet une réduction du risque*
*coronarien d'environ 25%*

3. Un distinguo appuyé entre la prévention primaire (faire baisser le
cholestérol avant l'apparition de la maladie) et la prévention
secondaire (éviter de nouveaux accidents coronariens chez un patient
déjà malade) aurait été le bienvenu. Un article équilibré aurait
insisté sur l'apport incontestable de ces molécules chez les patients
aux antécédents d'infarctus: une réduction du risque d'environ 25% dans
les deux groupes (coronariens et non coronariens) est beaucoup plus
importante chez les patients en prévention secondaire (car, déjà
malades, ils ont plus de risques de refaire un infarctus).

Et s'assurer de l'observance du traitement hypolipémiant dans le
post-infarctus est un combat de tout instant pour le cardio
"praticien". "Docteur, j'ai arrété mon Tahor car j'ai eu une crampe"

En conclusion, contribuer à dissuader les patients à faible risque de
prendre un hypolipémiant, c'est sain. Mais en étant imprécis, ce qui
revient à mentir par omission, jeter la suspicion sur une des classes
thérapeutique les plus efficaces pour prévenir un nouvel infarctus
c'est un peu irresponsable.
Olivier @ (13/06/2007, 22h43)
S. Delerme a présenté l'énoncé suivant :

> (mais entre ça et bouffer des médicaments rempboursés à longueur de
> vie, le choix est généralement vite fait)


Je suis bien sûr d'accord avec toi mais j'aime bien cette réaction d'un
abonné au Monde:

"Intéressant d'apprendre que "il faut accepter l'idée que [les troubles
cardio-vasculaires] sont des maladies du mode de vie déterminé par nos
conditions d'existence". Remarquez, on peut dire la même chose du Sida
dont la propagation est largement déterminée par certains "modes de
vie". Imaginerait-on pour autant qu'un prof de médecine prestigieux
oserait faire campagne pour que la Sécu impose de rationner les
prespcriptions de thérapies anti-Sida ?"

L'un n'empêche donc pas l'autre.

De là à jeter le discrédit sur toute une classe thérapeutique...
Samuel Delerme (14/06/2007, 09h06)
On Wed, 13 Jun 2007 22:33:30 +0200, Olivier @
<LirePlusBasL'> wrote:

>Et s'assurer de l'observance du traitement hypolipémiant dans le
>post-infarctus est un combat de tout instant pour le cardio
>"praticien". "Docteur, j'ai arrété mon Tahor car j'ai eu une crampe"

Et penser à sensibiliser les médecins aux dangers de l'arrêt brutal
des statines.
En anesthésie, une étude a montré une augmentation significative du
nombre d'événement cardiovasculaires en post-opératoire chez les
patients dont on avait arrêté les statines en pré-op.
Aux urgences (où on a tendance à arrêter temporairement les
médicaments "secondaires" des traitements, on fait attention à
poursuivre, si possible, les beta-bloquants, l'aspirine et les
statines - avec la question à 0,15 euros : peut-on remplacer une
statine par une autre en aigu ?)

>En conclusion, contribuer à dissuader les patients à faible risque de
>prendre un hypolipémiant, c'est sain. Mais en étant imprécis, ce qui
>revient à mentir par omission, jeter la suspicion sur une des classes
>thérapeutique les plus efficaces pour prévenir un nouvel infarctus
>c'est un peu irresponsable.


Et s'il continue, on va lui envoyer des coups de pointeur laser Tahor
dans l'oeil !

(bien sûr, tu as absolument raison, merci de l'avoir rappelé)
Samuel Delerme (14/06/2007, 09h08)
On Wed, 13 Jun 2007 22:43:32 +0200, Olivier @
<LirePlusBasL'> wrote:

>S. Delerme a présenté l'énoncé suivant :
>Je suis bien sûr d'accord avec toi mais j'aime bien cette réaction d'un
>abonné au Monde:
>"Intéressant d'apprendre que "il faut accepter l'idée que [les troubles
>cardio-vasculaires] sont des maladies du mode de vie déterminé par nos
>conditions d'existence". Remarquez, on peut dire la même chose du Sida
>dont la propagation est largement déterminée par certains "modes de
>vie". Imaginerait-on pour autant qu'un prof de médecine prestigieux
>oserait faire campagne pour que la Sécu impose de rationner les
>prespcriptions de thérapies anti-Sida ?"

Tu n'as pas tort, à la nuance prêt que l'hypercholestérolémie n'est
pas, en l'état actuel des connaissances, une pathologie contagieuse et
que ça n'est pas en donnant un traitement à X qu'on limitera les
risques qu'Y fasse une hypercholestérolémie.
Jean-Sébastien (14/06/2007, 10h19)
"Samuel Delerme" a écrit ...
> On Wed, 13 Jun 2007 22:33:30 +0200, Olivier @
> <LirePlusBasL'> wrote:
> Et penser à sensibiliser les médecins aux dangers de l'arrêt brutal
> des statines.


Et, en ces périodes de grosses chaleurs (oui m'sieur, il fait chaud dans
l'EST), à la possible modification cinétique du produit en cas de
déshydratation.

> En anesthésie, une étude a montré une augmentation significative du
> nombre d'événement cardiovasculaires en post-opératoire chez les
> patients dont on avait arrêté les statines en pré-op.


Remarque parait qu'il y en a quand même 40% qui ne risqueraient rien en
arrêtant !

> Aux urgences (où on a tendance à arrêter temporairement les
> médicaments "secondaires" des traitements, on fait attention à
> poursuivre, si possible, les beta-bloquants, l'aspirine et les
> statines - avec la question à 0,15 euros : peut-on remplacer une
> statine par une autre en aigu ?)


Oui, ne serait-ce que pour avoir droit au stylo laser Tahor
(Membre d'une AGA, j'accepte les chèques...)
Samuel Delerme (14/06/2007, 11h23)
On Thu, 14 Jun 2007 10:19:55 +0200, "Jean-Sébastien"
<JeSeBach> wrote:

>Oui, ne serait-ce que pour avoir droit au stylo laser Tahor
>(Membre d'une AGA, j'accepte les chèques...)

Le vrai scandale des statines, c'est qu'il n'y a que les cardiologues
qui ont droit aux stylos...
(bon, c'est vrai qu'aux urgences, on instaure rarement le
traitement...)

>--
>J.S. -- Fait gaffe quand même, ton amour pour l'Atorvastatine te perdra

Heureux de te relire.
Alors, vous remontez en L1 ?
(gardez quand même les fanions de L2, on ne sait jamais...)
Olivier @ (14/06/2007, 13h19)
Jean-Sébastien a exposé le 14/06/2007 :

> Oui, ne serait-ce que pour avoir droit au stylo laser Tahor
> (Membre d'une AGA, j'accepte les chèques...)


Arghh!
C'est quoi ce stylo???!!
Peux-tu me communiquer stp le numéro du visiteur médical le plus proche
de chez moi (c'est une urgence)?
Olivier @ (14/06/2007, 20h56)
Il se trouve que Samuel Delerme a formulé :

> Tu n'as pas tort, à la nuance prêt que l'hypercholestérolémie n'est
> pas, en l'état actuel des connaissances, une pathologie contagieuse et
> que ça n'est pas en donnant un traitement à X qu'on limitera les
> risques qu'Y fasse une hypercholestérolémie.


Moui, mais c'est beaucoup moins grave que de donner un stylo laser à X
et pas à Y.
S. Delerme (14/06/2007, 23h16)
On Thu, 14 Jun 2007 20:56:38 +0200, Olivier @
<LirePlusBasL'> wrote:

>Il se trouve que Samuel Delerme a formulé :
>Moui, mais c'est beaucoup moins grave que de donner un stylo laser à X
>et pas à Y.


On commence par partager son stylo et on se retrouve sous
trithérapie...
Dom Férampière®© (15/06/2007, 08h27)
À S. Delerme et aux lecteurs de passage :

> On commence par partager son stylo et on se retrouve sous
> trithérapie...



Pas cher et ca t'évitera des initiatives douteuses

Discussions similaires