gratifiant > alt.* > alt.soc.politique

tonton68 (20/04/2007, 15h06)
PARIS (Reuters) - Le journal Le Monde estime que la réaction de François
Bayrou à son éditorial suggérant qu'il ne serait pas le bienvenu au
second tour de l'élection présidentielle ne fait pas honneur à la
démocratie.

"Tenter de disqualifier l'interlocuteur dont l'opinion vous contrarie,
en lui prêtant des intentions cachées ou des servitudes honteuses, ne
fait pas honneur à la démocratie", écrit son directeur, Jean-Marie
Colombani, dans l'édition datée du 21 avril.

"Affirmer qu'un journal comme Le Monde et son directeur obéissent à des
commanditaires quand ils prennent position à la veille d'une élection
décisive pour l'avenir du pays est non seulement faux mais gravement
injurieux", ajoute-t-il.

Dans un texte publié en "une", Jean-Marie Colombani considérait jeudi
comme un "impératif démocratique" que le deuxième tour de scrutin voit
s'opposer les candidats de l'UMP, Nicolas Sarkozy, et du Parti
socialiste, Ségolène Royal.

François Bayrou, qui est en troisième position dans les intentions de
vote fournies par les sondages, a dit discerner dans ces propos une
"preuve d'arrogance" et "d'irrespect".

"C'est la preuve de la panique qui s'est emparée de tous ces milieux de
pouvoir financier, médiatique et politique et je soupçonne que le mot
financier n'est pas le moins important des trois", a dit le candidat de
l'UDF lors d'une rencontre avec des journalistes à Pau.

Pour Jean-Marie Colombani, les lecteurs du Monde peuvent vérifier chaque
jour que leur journal "exerce l'indépendance de jugement qui est sa
raison d'être et qu'aucun de ses actionnaires n'est en mesure
d'enfreindre, à supposer qu'il en ait le désir."

François Bayrou, qui a dit ressentir "un sentiment de profonde révolte",
s'est dit certain que, loin de lui nuire, cet éditorial l'aiderait à
l'approche du premier tour.
Archibald (20/04/2007, 18h53)
"tonton68" <tonton68> a écrit dans le message de news:cef3

Discussions similaires