gratifiant > bio.* > bio.medecine

Xavier (13/02/2018, 17h39)
Bonjour,

Je suis de ceux qui, âgés de 50 à 74 ans, sont invités bi-annuellement à
effectuer un test de dépistage gratuit, au titre du programme national
de dépistage du cancer colorectal.

Il y a encore 3 (ou 4) ans ce test à effectuer chez soi (aussi simple
qu'un prélèvement d'ADN) était expédié automatiquement et directement à
chaque individu concerné via la poste et prenait la forme d'une kit
d?auto-prélèvement à renvoyer sous l'enveloppe spéciale cartonnée
fournie. C'était simple, rapide, direct. En un mot : efficace.

Or, depuis 3 (ou 4) ans donc, ce kit n'est plus envoyé automatiquement
et directement via la poste. A présent c'est un simple courrier qui est
envoyé *sans le kit* et qui invite à se rendre chez son médecin avec ce
courrier pour y demander le kit :
"Dès votre prochaine consultation, pensez à présenter cette lettre à
votre médecin. Il vérifiera que vous êtes bien concerné et vous remettra
le nouveau test de dépistage."

Je me pose des questions :
-pourquoi ce changement dans la mise en ?uvre de la distribution des
kits de dépistage, devenue à présent INdirecte ?
-y aurait il eu des pressions du corps médical pour que cette
distribution des kits passe obligatoirement par les médecins (qui
auparavant perdaient le bénéfice du montant d'autant de consultations.
J'ai senti qu'on était gêné au 3646 de l'Assurance Maladie quand on m'a
répondu qu'on ne pouvait pas/plus m'envoyer directement le kit)
-est-ce que cela vient du ministère de la santé ?

Mon constat est que depuis 3 (ou 4) ans je n'ai plus fait le test de
dépistage. Par oubli tout simplement. Alors qu'auparavant je renvoyais
le kit dans les jours qui suivaient sa réception par courrier, sans
risquer d'oublier puisque l'enveloppe contenant le kit restait exprès à
ma vue, à présent à la place j'ai 4 anciennes lettres de relance
annuelle qui m'invitent à profiter de ma "prochaine consultation chez le
médecin avec ce courrier" pour y demander le kit de dépistage.

Ma conclusion est simple : c'est ce changement de mode de distribution
des kits de prélèvement qui a fait que je n'ai pas bénéficié du
dépistage du cancer colorectal depuis 3 (ou 4) ans.

Or hier j?apprends que mon frère, de 4 ans plus âgé que moi, doit être
opéré d'urgence d'une tumeur cancéreuse au colon. Tumeur qui aurait déjà
touché aussi un rein, et peut être plus encore.

Je cherche toutes les informations à propos de ce changement de mode
opératoire dans la distribution des kits de dépistage du cancer colorectal.

Merci pour vos contributions.

Xavier

N.B. : Cancer colorectal = 43000 personnes touchées et 18000 décès / an
Michel (13/02/2018, 17h58)
Xavier vient de nous annoncer :
> Bonjour,
> Je suis de ceux qui, âgés de 50 à 74 ans, sont invités bi-annuellement à
> effectuer un test de dépistage gratuit, au titre du programme national de
> dépistage du cancer colorectal.


Non, il n'y a pas de dépistage bi-annuel.
Erich Hartmann (13/02/2018, 19h05)
"Xavier"

> Or, depuis 3 (ou 4) ans donc, ce kit n'est plus envoyé automatiquement et
> directement via la poste. A présent c'est un simple courrier qui est
> envoyé *sans le kit* et qui invite à se rendre chez son médecin avec ce
> courrier pour y demander le kit :
> "Dès votre prochaine consultation, pensez à présenter cette lettre à votre
> médecin. Il vérifiera que vous êtes bien concerné et vous remettra le
> nouveau test de dépistage."
> Je me pose des questions :
> -pourquoi ce changement dans la mise en œuvre de la distribution des kits
> de dépistage, devenue à présent INdirecte ?


La réponse est d'une grande simplicité.
Le ministère de la santé a été mis en cause à ce sujet par la cour des
comptes pour ... gaspillage d'argent public.
La note est restée interne et seul les praticiens ont eu accès à
l'information.

Un kit sur quatre seulement était devenu l'objet d'un retour, donc
évaporation de dépenses sans retour sur investissement.
Le ministère a décidé que le kit serait remis aux médecins généralistes.
Passé la période de test la proportion de retours est passée de 25 à 80%.
A préciser que les médecins ont eu une attitude proactive en les proposant
en priorité aux personnes qu'ils jugeaient à risque.

Au final moins de kits distribués, mais bien meilleur ciblage et suivi. Et
surtout excellent taux de retour.
Statistiquement l'opération coûte 4 fois moins cher, avec un taux de retour
et de détection 3 à 4 fois meilleur.

Alors bien sûr il reste la cohorte des gens qui refusent de consulter
régulièrement. Ces gens là passent entre les mailles du filet.
Mais soyons sérieux, ne pas consulter son médecin référent au moins une fois
par an à plus de 50 ans, c'est un peu chercher les ennuis non ?

Le cancer est le plus souvent un meurtrier silencieux, tout comme la tension
artérielle ...
Le jour où l'individu se rend compte qu'il y a qq chose d'inhabituel dans
son organisme il est presque toujours beaucoup trop tard.
Et de manière étonnante se sont souvent les gens jamais malades qui, sur des
symptômes inhabituels, sont foudroyés en très peu de temps.
Mais comme l'individu est toujours persuadé que cela n'arrive qu'aux autres,
c'est très souvent quand il est bien trop tard qu'il commence à réagir.

Un corps aussi ça se gère.

Erich
popol (13/02/2018, 23h54)
Le 13/02/2018 à 17:39, Xavier a écrit :
> Bonjour,
> Je suis de ceux qui, ....
> Je cherche toutes les informations à propos de ce changement de mode
> opératoire dans la distribution des kits de dépistage du cancer colorectal.
> Merci pour vos contributions.
> Xavier
> N.B. : Cancer colorectal = 43000 personnes touchées et 18000 décès / an

Je confirme. Le kit est récupérable chez ton toubib et même gratuitement
auprès de son secrétariat. Avec les 25 ? de consultation économisés
(quoique remboursés) on peut acheter deux paquets de clopes.
Discussions similaires